>

EXEMPLES, TÉMOIGNAGES ET CONSEILS

sur la Communication avec les Animaux (CA)

Conversation avec un ours

Il y a quinze jours, pour la première fois de ma vie, j'ai vu un ours, je l'ai nommé Gaston. Il était dans un enclos en semi-liberté. Après l'avoir observé pendant un certain temps, je l'ai photographié en vue d'établir une conversation avec lui quand je serai plus tranquille, de retour chez moi
communiquer avec un ours

Sachka : Salut. Je suis venu te voir, il y a une demi-lune. Je t'ai observé avec beaucoup d'intérêt et je voudrais savoir si tu serais d'accord de discuter avec moi à propos de ta vie ?

Gaston : Je le vois qui s'approche de moi, intrigué, puis il s'assoit.

Sachka : Quand je suis venue, je t'ai vu entre autre te déplacer à de nombreuses reprises selon un circuit bien précis en forme de triangle. A mesure de tes passages, l'herbe avait fait place à la boue et j'ai été très surprise qu'à un endroit en particulier tu avait l'air de faire bien attention à placer tes pattes précisément dans les creux qu'avaient formé tes précédent passages. Comme ce n'est pas quelque chose que je fais, je suis curieuse de savoir, pourquoi tu fais cela.

Gaston : Si je le fais dans ce coin du terrain, c'est parce que c'est un endroit stratégique, c'est souvent là que les choses se passent.
Il me montre que c'est surtout par-là que la nourriture arrive.
Le tracé du trajet que je répète si souvent, c'est juste parce que je m'ennuie.
Et si je mets mes pieds dans les creux existant, c'est parce qu'à cette endroit la terre est plus boueuse et ça fait une sensation agréable quand je fais pivoter mes pieds à chaque pas. J'y passe et y repasse pour signifier que c'est à moi, ainsi je laisse mon odeur, mon empreinte, pour qu'on me sente et que personne n'y vienne.

Sachka : D'accord, je comprends mieux. A plusieurs reprises je t'ai vue te gratter à un reste d'arbre. (En fait c'était surtout un tronc sans branches, ni feuilles, d'environ 25 à 30 centimètres de diamètre et faisant environ 3 mètres de haut.) Tu le fais parce que ça te gratte vraiment ou c'est juste par habitude ?

Gaston : Je le fais parce que c'est agréable, j'aime bien cet arbre, il est assez haut pour moi et me résiste bien. Tu vois quand je m'appuie (il me montre l'image de lui redressé sur ses pattes arrières) comme ça contre lui, je sens qu'il bouge un peu, je sens sa résistance, c'est comme un jeu en quelques sorte. Et c'est mieux que ça (il me montre les infrastructures en béton) avec quoi il n'y a pas d'interaction possible.

Sachka : Comment tu te sens en ce moment ?

Gaston : Je le sens ailleurs comme enfermé dans son esprit, pas du tout attentif ou curieux à ce qui l'entoure, la sensation qu'il m'envoie me fait penser à ces images de gens enfermés dans les asiles qui ont ce regard étrange, vide, en même temps ici et ailleurs. Je ressens qu'un tas de petits rituels passent en boucle dans son esprit, comme s'il avait des tocs. Grâce à ça, il tente de calmer le stress créé par le vide de sa vie.

Sachka : Est-ce que tu accepterais que "j'entre" en toi, que je devienne toi, pour quelques minutes, afin que je me rende mieux compte, qu'est-ce que c'est qu'être un ours, que tu me montres depuis l'intérieur, ce que tu vis ?

Gaston : Il accepte.


J'entre par son dos. Puis au bout de quelques secondes, ma première sensation, c'est d'être surprise d'être si large, mes épaules, mes bras, tout es si large, il y a de la place dans un ours, entre autre à cause de ses longs poils. Puis je réalise que ma vision s'est beaucoup dégradée. C'est beaucoup plus flou, je ne vois plus les détails.

Comme il se met à bouger, je ressens le besoin de balancer ma tête d'un côté à l'autre, dans une sortes de 8. C'est marrant, ça m'aide à percevoir et à analyser le son différemment. En balançant la tête ainsi, j'arrive mieux à évaluer la distance et le mouvement du son qui m'entoure. Et puis c'est quelque chose d'agréable à faire, ça me berce, comment dire, c'est comme si à travers ce mouvement, je me tiens compagnie.

Quand je marche à quatre pattes et que je penche la tête un peu en avant vers le bas et que je regarde le sol, toutes les sensations de la présence dans le corps sont décuplées et avec ce mouvement latéral de la tête c'est vraiment très agréable, c'est cette sensation de bien-être, totalement dans l'instant présent, tout en ayant contact avec l'extérieur grâce aux sons qui sont décuplés avec le balancement. C'est une situation où l'analyse n'a pas sa place. Par contre lorsque je m'arrête et lève mon regard du sol, là le mental se met en route, tous les sens se mettent en alerte tournés vers l'extérieur. Je sens que je suis capable de réagir extrêmement rapidement et que très vite les choses peuvent tourner au vinaigre. En tant qu'humain, pour passer d'une émotion à une autre, si elles sont opposées, ça peut aller assez vite, mais ce n'est pas forcément instantanné. Dans Gaston, je sens que ça peut changer en une fraction de seconde. C'est-à-dire que quand je lève le nez et que je me met en état d'alerte, mon corps est plutôt calme, par contre il est très réveillé et je sens que l'agressivité à l'intérieur de mon corps, située exactement au niveau de mes organes digestifs et au bout de mes pattes avant, au bout des coussinets, juste avant les griffes, cette agressivité est prête à imploser en une fraction de seconde. Je sens aussi que c'est ainsi prêt, plus pour se défendre que pour attaquer, à moins qu'il s'agisse du dîner.

J'avoue que c'est très agréable ces petites jambes arrières, elles sont plus faciles à manier que celles des humains. Surtout pour s'assoir, puis se coucher en boule. De tous les animaux dont j'ai fait l'expérience depuis l'intérieur, c'est l'animal qui a le sens de la recherche du plaisir, de la sensation agréable le plus développé. Sa voute plantaire est très sensible et est un capteur d'information du terrain très important et très performant. C'est un peu comme des antennes. Il capte certaines vibrations que nous (humain) ne percevons pas de sous la terre. Ses mains sont réellement pas pratique par rapport aux nôtre, par contre, il a une bien meilleur maîtrise de ses griffes, que nous de nos ongles, surtout pour décortiquer ce qui est petit. Il a ça en plus des humains, c'est l'utilisation du côté de la griffe et en assemblant deux griffes côte à côte, ça lui fait comme des pinces, qu'il manie avec une grande aisance.

Une chose est amusante, son nez. Il ne sens pas que les odeurs, mais aussi capable de sentir, d'évaluer les distances, par rapport à quelque chose.

Globalement, c'est très agréable d'être un ours. c'est souple et confortable. Quand il court l'arrière train est très léger, très mobile, grâce à ça, il peut changer de direction rapidement. Toute la puissance se situe à l'avant du corps, l'arrière ne sert qu'à assister, à aider. Sauf pour s'arrêter là, c'est l'arrière qui domine.

C'est un animal qui aime profiter de la vie, qui est curieux par nature. C'est la diversité qui le rend heureux et il n'est pas particulièrement intéressé par nous, les humains.


Sachka : Comment sont les humains avec toi ?

Gaston : Il m'envoie la sensation qu'il nous voit plus comme des automates, il ne comprend pas trop ce que nous faisons et il ne se sent pas concerné par nous. Il nous trouve trop différents, de son point de vue, des années lumières nous séparent.

Sachka : Es-tu heureux ici, dans cet immense enclos, en semi-liberté ?

Gaston : Non. Je fais avec, il y a des choses agréables, mais ce n'est pas une vie agréable, tout est tout le temps pareil.

Sachka : Je comprends. Je te remercie d'avoir accepté de partager tout ça avec moi, j'ai tellement appris grâce à toi. Serais-tu d'accord qu'on continue notre discussion à un autre moment ?

Gaston : Oui, j'ai aimé ça, quand tu es venu dedans, c'est une sensation agréable.

Sachka : A bientôt.

Gaston : Salut.
P.S. : Stp, partage autour de toi ce lien :

https://CommuniquerAvecLesAnimaux.Sachka.com

pour que d'autres qui vivent ou travaillent avec des animaux puissent eux aussi découvrir ce qu'est cette CA qui facilite tant le quotidien ;-)
.
.

Pour en savoir plus sur la Communication avec les Animaux :

Visite la boutique :-) et inscris-toi !

Apprendre et s'exercer à la Communication avec les Animaux et comprendre les animaux décédés.
.
Qu'est-ce que ce témoignage t'a apporté ?
Bonjour, Très touchant Gaston, et triste qu'il soit prisonnier de ces connards de pruneaux a deux pattes....
Françoise
Ce que je ressens c'est son ennui, qu'il doive accepter une vie sans réelle liberté, c'est injuste.
Nadia
On détruit tant de choses, nous, les humains ... Gaston meurt d'ennui chaque jour ... Et dire que nous arrachons la liberté de tous ces animaux, pour les enfermés, et qu'ils ressentent ça chaque seconde de leur vie ! La sensation d'être dans le corps d'un ours doit être énorme ! En tant que communiquante, j'adorerais vivre cette expérience ! *-*
Courage a ce pauvre Gaston !
Margaux
C'est juste impressionnant ! Merci Sachka de partager toutes ces expériences :-)
Romain
Bonjour, n'est-ce pas douloureux pour toi de sentir la détresse de cet animal enfermé et ignoré ?
Il doit y avoir quand même des situations difficiles parfois dans la communication.
Sylvie
.
Communiquer avec les Animaux avec Sachka
.
Terms & Conditions - Politique de confidentialité
Copyright © Sachka – Tous droits réservés